Loading

– Jazz à Vienne 2014

Un des avantages de la musique est le fait que chacun puisse y trouver son style, son artiste ou son groupe préféré tant le domaine est vraiment très large. Du rap au classique en passant par le rock ou le R’nB, le gospel ou encore les musiques traditionnelles venues de l’est voir plus loin comme le choro (Brésil) ou Guyue (Chine). Alors bien sûr tout ça ne date pas du 20ème siècle mais il faut reconnaître qu’un genre reste au coeur de beaucoup d’autres, de près ou de loin, le jazz.
Ce style de musique nous vient des US, plus précisément de la Nouvelle Orléans où il a vu le jour au début du siècle dernier. Le jazz est très riche, pas seulement en nombre de notes jouées dans les nombreuses improvisations, mais en dérivés que l’on peut entendre. Vous écoutez certainement des artistes sans forcément savoir qu’il s’agit de dérivé tellement ça peut être subtile, moi le premier ! On connait tous les grands noms tels que Duke Ellington, Louis Armstrong ou encore plus proche de nous Franck Zappa et Erik Truffaz, mais où se situent les francophones dans tout ça ? C’est en ce sens que j’étais présent sur l’édition 2014 du festival Jazz à Vienne. Et parce qu’un festival n’est pas seulement une seule soirée concerts, j’ai participé à quelques unes avec de grands artistes internationaux pour mon plus grand bonheur et ainsi pouvoir me faire une meilleure idée d’où se situent les franco là dedans.
Jazz à Vienne 2014 a rassemblé cette année 175 000 spectateurs, plus de 1000 artistes pour plus de 200 concerts, 300 journalistes et photographes… Tout ça ne serait rien sans toute l’équipe composée de 200 salariés et 200 bénévoles !
Chaque soir est magique, avec son lot de découvertes, de surprises, de frémissements, de moments sacrément intenses que seul le jazz sait donner. Lorsque je couvre un festival je me pose toujours la question de savoir quel groupe parmi ceux que j’ai vu sort du lot, ici ce sont plutôt plusieurs tellement je n’arrive pas à me décider. En me risquant à faire un top 3 je classerai donc en premier les Hypnotic Brass Ensemble pour plusieurs raisons. Avant même qu’ils ne commencent à jouer, Uttama Hubert (cor baryton) est venu saluer tous les photographes dans le crash et tapper la discute avec nous, c’est rare et très appréciable ! Ensuite il y a le fait qu’ils viennent de Chicago et New York, mais là je ne suis pas objectif puisque fan des US. Mais avant tout c’est pour leur musique, le punch qu’ils mettent dedans, les grandes lignées de cuivre, les rythmes percutants qui n’en finissent plus, le charisme de chacun, le contact avec le public qui montera d’ailleurs en masse sur scène en quasi fin de set. Ils ont clôturé cette 34 ème édition en toute beauté et sont entrés directement dans ma playlist.
En second ce sont des frenchies (en partie) avec ce superbe quatuor composé le temps d’une tournée. On retrouve ainsi Richad Bona à la basse, Eric Legnini au clavier, Stefano Di Battista au saxophone et notre Manu Katché national à la batterie. J’ai a-do-ré !!! C’est en toute tranquillité qu’ils nous ont fait un set riche en mélodies et multiples solos dont ils ont le secret. Manu Katché est l’artiste que je voulais absolument voit sur cette édition, je n’ai aucunement été déçu ! Le jeu est puissant et subtile, un vrai régal à voir et écouter. A la conférence de presse en début de soirée il nous confiait qu’il n’y aurait pas forcément d’album de leur formation mais qu’il n’était pas exclu qu’on les revoit de temps en temps sur scène. On le sait bien, ça fini toujours enregistré et dans les bacs, j’ai hâte !
Pour clôturer mon top 3 je nomme Gregory Porter. Son dernier album a été couronné du Grammy Award du meilleur album de jazz vocal, excusez du peu. J’avoue être resté scotché à la scène après le fameux ” 3 songs, no flash”. Ça joue terriblement bien, on sent la symbiose entre les musiciens et c’est un vrai régal pour les oreilles. Il a une voix envoûtante et un charisme qui m’a capté, j’ai suivi le set en entier sans décrocher mon attention tellement c’était bon !
Alors bien sûr dans tout ça il n’y a pas beaucoup de français, les soirées du festival sont à thème mais j’ai pu constater que la soirée French Touch a tout autant rempli ce majestueux théâtre antique que les autres où l’ont pouvait voir par exemple le roi africain Youssou N’Dour ou encore l’incroyable Jamie Cullum, ce virtuose du piano accompagné pour l’occasion par un orchestre symphonique de près de 40 musiciens.
Le public de la soirée French Touch était composé de tous âges, chacun venait voir SON artiste. Avant le quatuor Bona-Legnini-Di-Battista-Katché deux autres groupes ont pu nous ravir, le Moutin Factory Quartet en ouverture, tout simplement énorme ce qu’ils nous ont offert !!!! Puis c’était au tour du Daniel Humair Quartet, très très bon également, un vrai régal !!
J’avoue être novice dans ce style de musique mais ce que j’ai vu et entendu m’a conquis et fait qu’aujourd’hui je m’intéresse encore plus au jazz. Ce que j’aime en concert ce sont les prestations scéniques, et là je dois dire que c’était au delà de mes espérances ! Vivement la prochaine édition !
Quelques infos sont tombées d’ailleurs pour l’édition 2015, le visuel est dans la lignée des éditions précédentes et réalisé par Bruno Théry. Il représente deux personnages rigolos à l’air coquin et malicieux qui auront la lourde tâche d’emmener le public découvrir les scènes du 26 juin au 11 juillet 2015 dans une ambiance festive et très colorée. La billetterie est ouverte mais il faudra patienter encore un peu pour voir quelques noms apparaître. On a cependant le nom de l’artiste pour la soirée Extra Night du 23 juin, Pharrell Williams, à ne pas manquer !!! Jazz à Vienne 2015 est lancé, on s’y retrouve ?

www.jazzavienne.com

Allez donc jeter un oeil aux photos 2014 :