Loading

– Prohom – Denis Rivet – Medhi Krüger

Voilà un peu plus de 2 ans que j’écris moi même les articles de ce site mais cette fois-ci j’ai collaboré avec la pétillante Pink Blizzard, blogueuse lyonnaise avec qui je partage la passion de la musique et plus particulièrement Prohom. Je lui laisse la parole pour retranscrire cette chouette soirée :

Aujourd’hui c’est un article un peu spécial que je vous propose puisqu’il s’agit d’une collaboration avec Joel Kuby, un photographe de concert dont j’aime beaucoup le travail. On s’était croisé lors du retour sur scène de Prohom en Décembre 2013 au Périscope (et lors de plein d’autres concerts auparavant sans le savoir) et on avait bien échangé par les réseaux sociaux par la suite. Ayant tous les 2 décidés de retourner voir Prohom à la MJC O Totem de Rillieux dans le cadre du festival “Des villes et des chants”, on a eu envie de s’associer pour une chronique de ce concert, lui derrière son appareil photo et moi derrière mon clavier pour essayer de vous retranscrire le plus fidèlement possible ce très bon moment.

Nous sommes arrivés en avance sur place (oui, si vous me connaissez un peu vous savez que c’est déjà en soi un évènement complètement surnaturel) et avons été super bien accueillis en attendant les premières parties, grands sourires et boissons à 1€, y’a pas à dire, on est bien à la MJC de Rillieux! 2 premières parties sont programmées avant l’arrivée sur scène de Prohom: Denis Rivet et Mehdi Krüger.

C’est Denis Rivet qui montera sur scène le premier et nous proposera de découvrir quelques titres de son album intitulé Tout est triste, rien n’est grave sorti en avant-première pour les lyonnais le 30 Octobre dernier et dont la sortie nationale est prévue le 21 janvier prochain. Il s’agit de son 2ème album solo après un 6 titres intitulé Tout proche qui était sorti en Octobre 2012 et 3 albums auparavant avec King Kong Vahiné, le groupe dont il fait partie depuis 2004. J’ai bien accroché au style de ses chansons qui m’ont beaucoup rappelé celui de Florent Marchet et suis bien motivée pour retourner le voir lors de son passage le 07 Février prochain à la Bibliothèque municipale de la Part Dieu. Je vous laisse découvrir le clip de Dis-moi comment, titre issu de son dernier album :

Ensuite, Mehdi Krüger est arrivé sur scène pour déclamer ses textes sous forme de “spoken folk”. Il est connu via un précédent projet du nom de Lee Harvey Asphalte avec lequel il avait foulé des dizaines de scènes en France, au Liban, en Belgique, en Italie, Tunisie et Algérie et sorti un album intitulé Asphaltocratie en 2013. Voici Le jour se lève (printemps), un des titres de son EP St Germain d’après dont la sortie est prévue en 2015 :

Prohom nous laisse le temps de refaire un petit tour au bar pour se désaltérer avant d’investir la scène et d’attaquer avec Comment lutter, premier titre de leur dernier album Un monde pour soi. Cette chanson me rappelle les 2 précédentes fois où je les ai vus sur scène dans l’année écoulée au Périscope puis au Marché Gare. Il faut dire que c’est un groupe qui fait partie de la catégorie de ceux que je ne peux pas voir programmé à moins de 100kms sans aller les voir. Avec à sa tête Philippe Prohom, auteur-compositeur-interprète, qui est également coach scénique notamment pour les chantiers des Francofolies de la Rochelle ou le printemps de Bourges, ce groupe m’a séduite dès le premier album par ses textes incisifs posés sur des mélodies qui m’embarquent, c’est le 2ème album Peu importe qui achèvera de me convaincre avec ses rythmes plus électroniques et ses textes toujours aussi justes (mention spéciale pour De face, Né à la place d’un autre et Restons les mêmes). Sur scène, ce sont toujours de grands moments de délire, de partage et de gros kiff musical que j’ai plaisir à revivre, à faire découvrir et à partager avec mes proches. Voilà le teaser du concert proposé sur la page Facebook par le groupe :

Ce 13 Décembre, Philippe est, comme à son habitude, souriant. On le sent heureux de retrouver son public lyonnais. Le groupe enchaine sur 2 autres titres du dernier album avant de nous offrir pas d’idées et ça oublie d’aimer, 2 morceaux issus de leur premier album éponyme ce qui ravira le public qui s’égosillera (moi la première!!!) en choeur pour accompagner Philippe. Il y a toujours cette connivence, que ce soit du côté des musiciens entre eux ou avec le public. On est bien, on se dandine en rythme avec application. On aura même le droit à une mini-session en mode Véronique et Davina quand Philippe nous demandera de, je cite, “se retourner et de lui montrer qu’on a des fesses et de les remuer”, ce mec est complètement barré, je suis fan. Le calme revient quand le groupe attaque Mon âme or, très joli titre du dernier album même s’il est plutôt sombre puisqu’il s’agit de 2 âmes soeurs qui décident de partir ensemble pour le dernier voyage. C’est aussi ça que j’aime chez Prohom, cette aptitude à nous faire passer du fou rire à la mélancolie.

Les titres s’enchaînent qu’au rappel pour lequel le groupe ne prendra pas la peine de quitter la scène pour notre plus grand plaisir. Le concert se finira en apothéose puisqu’on aura le droit, pour commencer, à une version complètement déjantée et collector de Je voudrais que tu sois morte en reggae espagnol (pfiouuuu à ce moment mon mascara a définitivement atterri sur mon menton!!!) Ensuite le groupe nous offrira une version inédite de Le miroir et moi, un de mes titres préférés, pour lequel il demandera la participation du public pour filmer chacun des musiciens et en faire un montage pour immortaliser cette version live. Il n’en faut pas plus pour que je me dévoue et aller filmer Seb Touzeau à la batterie, malgré ma crainte de faire une vidéo toute pourrie, je m’éclate totalement à assister à sa prestation en mode VIP. Il faut dire que chaque membre du groupe est vraiment excellent, que ce soit Michel Gallego alias Miguelito ou encore Romain Constant aux machines et à la basse.

Voici le résultat après montage par Romain Constant :

Vous l’aurez compris, j’ai été conquise, une fois de plus, par l’énergie, l’humour, le partage bref la qualité du set prodigué par Prohom qui n’aura pas été altérée une seule seconde par le fait que la salle ne soit pas bondée ce soir-là. Hâte de remettre ça une fois de plus! En attendant, je vous laisse découvrir ce concert en images grâce aux magnifiques photos de Joel que je remercie une fois encore pour cette collaboration qui, je l’espère, sera la première d’une longue série!

Tous les liens utiles:

Pour Prohom, le site officiel c’est par ici, la page Facebook ici.

Pour Denis Rivet le site officiel est et sa page Facebook ici.

Pour savoir plus sur Mehdi Krüger, je vous invite à lire cet article.

Bonne semaine à tous!” (c) Pink Blizzard